22 mars

Périples d’une recrue

Comment s’est construite mon expérience avec Securinets ?
Fraîchement affecté à l’INSAT, j’étais passionné par la sécurité informatique
et je savais que j’avais du potentiel, que j’y étais calé sur la théorie comme sur la pratique.
Ayant entendu parlé d’un club du nom de « Securinets », je m’étais dit que c’est absolument ce que je cherchais.
A la journée des clubs, je m’étais hâté d’y faire l’inscription et de tout découvrir.
Le jour du premier hebdo, j’étais quasiment le premier arrivé mais en moins de 10 minutes,
l’amphi était plein à craquer, tout comme mon cœur l’était de joie 😀 !

Après sa présentation, le staff a fait bonne figure en donnant une image
professionnelle digne d’un grand club, beaucoup plus que je ne pouvais imaginer.
Les hebdos se poursuivaient, et plus j’étais déçu … par mon niveau qui
était loin d’être à la hauteur. A ce moment, ma décision était prise et j’ai laissé tombé
mais je me suis mis à me former moi-même, m’étant fait la promesse de rejoindre à nouveau
Securinets l’an prochain avec des acquis plus vastes, je me suis mis à suivre des tonnes d’articles
et de tutoriels. Je me sentais nettement plus à l’aise l’année d’après. J’arrivais même à communiquer ce que j’avais précédemment appris, et même à tenir tête au staff dans certains sujets,
choses qui m’ont redonné confiance en moi. M’étant inscrit dans plusieurs ateliers, le tout premier
évènement auquel j’ai participé fût Securilight. Comme tous mes collègues j’avais peur au début.
Et je me souviens jusqu’à maintenant de tous les moments de cette journée, des questions
posées par les professionnels , aux encouragements reçus de la part de mes camarades.
Ma joie ne pouvait être plus grande lorsque notre atelier « Database Replication » fût choisi comme
le meilleur atelier. Mon aventure ne s’est pas arrêtée là, le temps passait si vite et la fameuse
journée Securiday approchait à grands pas. Les réunions , les conférences audio-visuels le soir se multipliaient,
Mais au final les heures d’acharnement et de labeur ont donné leur fruit, puisque je me suis retrouvé responsable technique l’année d’après. Une véritable fierté pour moi de faire partie non pas d’une équipe mais d’une famille

Anis Hamdi

ABOUT AUTHOR