22 décembre

L’ordinateur quantique ou … la fin de la Sécurité !

Vous avez certainement déjà entendu des bruits de couloir annonçant la fin du monde tel qu’on le connaît ?
Un monde où les banques feraient faillite et dans lequel est riche, celui qui possède … un Ordinateur Quantique ?!
Bon pour être honnête, cette théorie du complot est bel et bien fondée et est basée sur une réalité scientifique qu’on considérait des années durant comme de la science fiction.

En effet, comme son nom l’indique, l’ordinateur quantique est basé sur la physique quantique qui admet qu’à un temps aussi infinitésimal qu’il soit, une unité de donné peut prendre une multitude de valeurs différentes (appelés qubits) d’une manière SIMULTANÉE !

Processeur quantique [source : Kaskeprsky.fr]

Une théorie qui paraît follement absurde avec notre conception binaire de l’unité de donnée (ou bien 0 ou bien 1) de l’informatique mais qui relève vraisemblablement de la réalité avec déjà un modèle commercialisé à plus de 10 Millions de Dollars par l’entreprise Canadienne D-Wave pour Google.

Vous l’aurez compris, l’affaire est sérieuse et ce n’est qu’une question de temps pour que ces machines du futur puisse casser nos cryptosystèmes préférés (RSA, Courbe Elliptique, Diffie-Hellman etc) par Force-Brute (tentative de toutes les combinaisons d’une clé de Chiffrement) grâce à leur force de calcul décuplée au moment où nous écrivons ces lignes à 14 qubits (le domaine de valeurs des unités de données des ordinateurs quantiques).

Imaginez les ravages qu’ils pourraient engendrer s’il tombaient entre de mauvaises mains ou que la science évoluaient à un tel point en quelques années pour que leur prix soit plus raisonnable !!!

Cela sonne comme « Une défaite au goût d’une révolution » puisqu’elle compte bouleverser nos standards de la sécurité en instaurant de nouveaux moyens de communication sécurisée.

La solution est presque infaillible car elle ne repose pas sur les mathématiques mais sur la physique en admettant qu’un flux de photons (la particule élémentaire des échanges électromagnétiques entre électrons et protons) sera considéré altéré si on modifie la trajectoire même d’une seule particule, qui pèse 10(-54) Kg !

Ainsi, pour qu’une transmission soit jugée sécurisée, il faut que le canal d’envoi ne soit soumis à aucune déformation, et dans le cas contraire répétera l’envoi jusqu’à obtenir un signal intact (à la vitesse avec laquelle se propage la lumière c’est de l’ordre de quelques dixièmes de secondes entre émetteur et récepteur).

Système de Distribution de clé quantique [source : Kaspersky.fr ]

Même avec les scénarios d’échec que les scientifiques imaginent, son taux de réussite reste nettement plus supérieur à celui des méthodes de calculs mathématiques à base de nombres premiers d’une centaine de chiffres.

Restons tout de même nuancés quant à l’issue des ordinateurs quantiques, puisqu’ils restent très chers à fabriquer et arrivent à peine à émerger des fins fonds des films de science fictions avec une découverte d’un monde jusqu’ici inconnu : celui de l’infiniment petit de ce qu’on considérait infiniment petit !

ABOUT AUTHOR

Hassene Fendri